Dylan Mudhoo

Dylan Mudhoo

Dialogue avec Dylan Mudhoo, alumni ESTRI (promotion 48)

Échange avec Dylan Mudhoo, alumni ESTRI, Chef de projets en traduction depuis 1 an chez OEC, filiale lyonnaise du groupe Hancock-Hutton.

Dylan Mudhoo fait partie de la promotion 48 et a suivi l'une des 2 formations de deuxième cycle dans notre école : Bac+5 Traduction Spécialisée et Interprétation de Liaison.

Son parcours à l'international

  • 4ème année - Stage professionnel : Traducteur chez Altagram GMBH à Berlin (Allemagne)
  • 5ème année - Mission professionnelle de fin d'études : Chef de projets en traduction chez Médecins du Monde à Paris (France)

Son témoignage

Quel est votre parcours après l'ESTRI ?

Suite à mes 2 années de formation et l'obtention de mon diplôme, je recherchais un poste en tant que Chef de projets en traduction, en agence. Je sortais d’un stage dans le service traduction d’une grande ONG. Je souhaitais avoir une expérience différente, dans la gestion de projets au sein d'une structure dédiée aux professions langagières.

Grâce à mon réseau professionnel, j'occupe depuis 1 an la fonction de Chef de projets en traduction chez OEC, filiale lyonnaise du groupe bordelais Hancock-Hutton. J’assure la gestion de projets en traduction et interprétation. Je travaille également sur des projets de traduction, de sous-titrage et de relecture.

Que retenez-vous de vos années d'études ?

Je retiens la bienveillance, de la part des enseignants et de l’équipe pédagogique.

Nos professeurs, en majeure partie professionnels des métiers de la traduction, mettent l'accent sur l’importance de la déontologie, du savoir-être et du développement d’une conscience professionnelle.

Quelles sont pour vous les valeurs ajoutées de la formation ?

C'est en m'insérant sur le marché de l'emploi que je me suis rendu compte de l'importance des compétences transversales acquises au sein de l'ESTRI.

Les connaissances, notamment en SEO, PAO et gestion de projet, constituent de véritables valeurs ajoutées. Le Défi Pro', quant à lui, permet d’avoir une expérience concrète et de travailler sur des problématiques réelles. Les étudiants, répartis en groupe, doivent résoudre le problème rencontré par une entreprise donnée et proposent des solutions qui seront mises en œuvre au sein de l’entreprise.

Enfin, l’ESTRI adapte continuellement son programme pour répondre aux nouveaux enjeux des métiers de la traduction : notamment avec l'acquisition de compétences en gestion d'outils technologiques, tels que la Traduction Assistée par Ordinateur (TAO) ou la post-édition.

L'ESTRI, une formation professionnalisante selon vous ?

Oui, pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, les stages obligatoires à l'étranger, le Défi Pro' ou encore la préparation aux entretiens de recrutement qui nous plongent rapidement dans le monde de l’entreprise.

Deuxièmement, grâce aux enseignants et intervenants qui sont des professionnels et connaissent les réalités du marché de la traduction : ils préparent les étudiants en conséquence.

Par ailleurs, les étudiants ont l'opportunité de rencontrer des professionnels du secteur de la traduction dans plusieurs domaines d'activité (humanitaire, financier, médical, luxe, institutionnel, etc.) lors de rencontres professionnelles organisées.